mercredi 13 août 2014

Lu 14/07 : Fête nationale !

NB : n'hésitez pas à cliquer sur les photos pour les agrandir ! 

Le premier week-end complet à Grenoble était un looooong week-end (comme cet article), puisque le lundi 14 juillet était férié pour tout le monde. Fête nationale française ! Il y avait en plus plein d'activités organisées dans la ville de Grenoble pour l'événement. On avait notamment le choix entre différentes activités au centre ville et un bal à la Bastille.

Une autre vue sur la Bastille
La journée a démarré lentement, le temps de se réveiller, de se laver, de faire la vaisselle (il fallait tout le temps faire la vaisselle ... J'ai même fait un gros câlin à notre lave-vaisselle quand je suis rentrée à la maison, tellement c'était frustrant de toujours devoir faire ça), ... Puis j'ai consacré la première partie de la journée à la création et la rédaction du blog, concernant les premiers jours à Grenoble, sur la suggestion éclairée de Chou. Le nombre de visites a explosé les jours suivants, je ne m'attendais pas à un tel succès !

Parade militaire, place Verdun

Avec les autres étudiants de l'école d'été, nous avions convenu de nous retrouver vers 17h dans le hall d'entrée pour aller voir la parade militaire place Verdun. Je pense que c'est la seule fois où nous étions  tous rassemblés, les 18 étudiants, pour un événement. C'était chouette. En plus, plusieurs d'entre nous avaient leur magnifique sac à dos offert par l'ESRF, vert pomme et aux sigles de l'école d'été. Reconnaissable entre mille, pas moyen de se perdre dans la foule !

Les rangs d'oignon

La première étape était donc la parade militaire sur la place Verdun. On y est allé à pied, en papotant. Il y avait pas mal de gens présents sur place, certains sur des gradins, la plupart autour de barrières. Les militaires étaient alignés en rangs d'oignons, comme toujours lors de ce genre de choses. Et les hauts-gradés remettaient les médailles de la Légion d'Honneur à certains soldats (majoritairement ceux qui sont très âgés et qui ont survécu à une ou plusieurs guerres). 

Défilé des pompiers

Pendant ce temps-là, Valoune, trop petite pour prendre des photos à hauteur de ses yeux, est passée en mode "extension" et a tenté de prendre des photos de la scène sans muraille de gens devant. Comme je ne possède pas d'écran amovible sur mon appareil (une erreur), ce fut une séance de dextérité mélangée à de la chance pour obtenir quelque chose de correct, et surtout de droit ! C'était fun aussi. Mais le résultat est satisfaisant :)



Y avait même des bateaux !
 Après la remise des Légions d'Honneur et autres médailles, nous avons repéré avec Jutta, Alberto et Petra, que certains organisateurs plaçaient des barrières supplémentaires là où il n'y avait encore personne. Notre flair nous a indiqué d'aller nous y placer. Quelle bonne idée ! La remise des médailles a été suivie d'un défilé des différentes unités, et nous étions donc aux premières loges. Après les différentes unités, des véhicules de tout genre sont également passés : des chars d'assaut, naturellement, mais aussi des camions de pompier par exemple. On aurait dit des musées ambulants car, outre les conducteurs, certains militaires étaient placés derrière les mitraillettes des véhicules, en position de tir, et ne bougeaient pas d'un pouce. J'ai eu chaud pour eux aussi, car la température était élevée, l'ombre absente, et leurs uniformes semblaient épais et constitués de plein de couches différentes...

Au début, je n'étais pas très chaude pour la parade militaire (mon premier choix aurait été de monter à la Bastille pour le fameux bal), mais au final, je ne regrette pas d'être restée avec les autres étudiants : la parade s'est révélée assez intéressante, et la suite de la journée encore plus ! (surtout les feux d'artifice ... spoilers !)

Chouette lieu de pique-nique, non ?
Pour la suite du programme, nous sommes partis à la recherche de quelque chose à manger (surtout parce que j'allais me transformer en Hulk si je ne mangeais pas assez rapidement, j'avais faim !). En effet, si on amenait notre pique-nique dans un certain parc de Grenoble, on avait les boissons offertes. Donc, quête du pique-nique en question ! Je me suis contentée d'un sandwiche (très bon d'ailleurs. Mais il ne faut pas espérer avoir un sandwiche pour moins de 4,20€ en France, c'est la tape), d'autres ont acheté pitas et autres kebabs. 

Pour vous situer un peu la soirée ...
Puis, direction le parc en question pour les boissons gratuites ! Il y avait plein de monde et on pouvait se servir à volonté en boissons, à savoir : jus d'orange, eau, vin rouge, vin blanc, ... On s'est ensuite installé sur une pelouse assez large pour former un cercle de 18 personnes et pique-niquer. Certains étaient mieux préparés que d'autres. Par exemple, il nous semblait que Max avait réussi à amener la moitié de sa cuisine et de son frigo dans un petit tupperware. The Amazing Petr a encore ouvert une pomme en deux à mains nues... Bref, on a mangé tranquillement dans un superbe cadre :)

A un moment, on a aperçu une certaine agitation un peu plus loin dans le parc, et nous sommes allés voir ce qu'il s'y passait. Et bien, il y avait une esplanade de béton (parfaite pour rider, au fait), plein de gens partout et une scène de spectacle. Sur cette scène, rien de moins qu'un mix entre flamenco et danse du ventre. J'ai fini par regretter d'avoir laissé mes bloxx (que j'avais emportées au cas où) à la résidence. Ca compensait un peu les festivals que je manquais en Belgique !

La soliste
Il y avait plusieurs groupes de danseuses, et une soliste qui bougeait tellement tout le temps qu'il était impossible de prendre une seule photo nette d'elle. Enfin, pas avec un Coolpix P7000 en tous cas. J'ai quand même réussi à prendre deux ou trois photos d'elle, mais ce fut dans la douleur :P Un véritable challenge ce spectacle de danse. Pour pouvoir capter correctement la fluidité des mouvements de la danseuse, j'ai été contrainte de prendre une petite vidéo. C'était assez fascinant à voir. Car, dans un premier temps, on ne s'aperçoit pas qu'elle fait des mouvements en permanence, il y a juste cette impression de fluidité dans ses gestes. Mais quand on essaie de capter le moment, on s'aperçoit que quelque chose ne va pas ... J'étais fort impressionnée par ces/ses compétences ! :)


Pour accompagner ces danseuses, il y avait également des percussionnistes, qui frappaient sur des vieux bidons industriels, comme le groupe qu'on voit systématiquement à l'Unifestival en octobre. Par contre, le niveau n'est pas le même ! Notre petit groupe régional qui preste à l'Unifestival est bien meilleur ! Bien plus de rythme, de détails, de richesse, même si ce ne sont que des percussions. Ceux de l'Unifestival nous emportent dans leur monde, dans leur dynamique, nous entrainent avec leur peps, tandis que les percussionnistes de Grenoble étaient juste là pour le support et ne pourraient pas constituer un spectacle entier en eux-mêmes. Pas qu'ils soient mauvais (bien que la coordination n'était pas tip top parfois), c'est juste que j'ai vu mieux et que j'ai été un peu déçue de ne pas retrouver la même ambiance. :)

Creepy guy !

Pour revenir sur le challenge photographique et sur les choses dont on ne s'aperçoit qu'en prenant la photo : après les danseuses mi-flamenco mi-danse du ventre, un autre groupe de danseuses est venu sur scène, avec une gestuelle plus aérienne et paisible. En voulant prendre en photo l'ensemble harmonieux et délicat de ces danseuses, j'ai remarqué, à travers l'objectif, un intrus plutôt flippant ! Ca ne m'a frappée qu'en prenant la photo, mais une fois qu'on le voit, on ne peut plus l'oublier, et on le voit partout ! Ca nous a valu un bon fou rire quand j'ai partagé cette observation avec les autres étudiants ...



La soirée s'est poursuivie avec un concert de reprises de rock français. On attendait la tombée de la nuit et qu'il fasse suffisamment noir pour profiter des feux d'artifice. Les reprises de rock français ont parlé beaucoup aux francophones (c'est-à-dire trois d'entre nous), tandis que les autres étudiants étaient plutôt blasés. Le jeu de la traduction a été lancé, pour les garder dans l'ambiance. Mais ce n'est pas évident d'être crédible en traduisant les paroles répétitives de "Ca, c'est vraiment toi !"

L'ambiance ...
Et puis, en dernière partie de soirée ... les feux d'artifice ! Je ne saurais pas illustrer cette partie avec des photos car la batterie de mon appareil m'a lâchée à ce moment là. Ce qui n'est pas plus mal car ça m'a permis de profiter de l'instant présent, sans le regarder à travers un écran. Ce feu d'artifice était phénoménal. Il semblerait que ce soit monnaie courante en France, d'en faire des comme ça. Notre collègue français était d'ailleurs très blasé et répétait à qui voulait bien l'entendre que tout cela était très classique. Mais pour les petits belges, nous étions du même avis, c'était du jamais vu ! Ce feu d'artifice était extraordinaire.

D'une part, il y avait notre localisation. Comme nous nous étions posés sur l'esplanade, nous étions quasiment au pied de la tour qui lançait les feux, et donc juste en dessous des belles rouges. C'est très impressionnant, ça donne une dimension gigantesque à la chose ! Quand vous êtes juste en dessous des feux d'artifice, vous voyez les fusées partir de la tour (un trait gris dans le ciel) et puis l'explosion se passe juste au-dessus de votre tête. Ca donne l'impression saisissante que la belle rouge (ou bleue ou verte) prend naissance juste au dessus de votre tête et croît le long d'une coupole sous laquelle vous seriez placé. L'expansion du feu, depuis le début de son explosion jusqu'à la disparition des étincelles, vous place sous un dôme coloré gigantesque, comme une couverture brillante et scintillante, et qui fonce sur vous à toute vitesse (c'est l'impression que donne l'expansion phénoménale, vue du dessous). C'est aussi un peu terrifiant, dans le sens grisant, de voir toutes ces explosions au-dessus de sa tête. On craint aussi de voir tomber les débris sur nous, mais le vent était présent. Et les nuages aussi, ce qui ajoutait un touche incroyable au spectacle.

Photo prise par Alberto
C'était très impressionnant à cause de notre localisation mais aussi à cause de l'ampleur du feu d'artifice ! Ca n'a aucune commune mesure avec nos feux belges. En guise de comparaison, je peux juste dire que l'ouverture du feu d'artifice correspondait à ce que nous appelons "bouquet final". Alors je vous laisse imaginer la suite. Mais c'est inimaginable, une explosion de couleurs et de grosses et belles rouges les unes après les autres ! Et plein de petits jets dorés semblables à des plumes tout autour de la tour ! Et les belles rouges fonctionnaient en deux phases : d'abord le rouge, et puis, à chaque point rouge, une seconde explosion en une myriade de petites lucioles dorées. Ai-je aussi mentionné que ce spectacle grandiose avait duré 30 min, avec une majorité de mes feux préférés ? Fantastique, c'était vraiment une soirée inoubliable.


Durant le feu d'artifice, plusieurs textes étaient aussi diffusés via la précédente scène. Il s'agissait de différents extraits du discours de Charles de Gaulle, de textes relatifs à la liberté, de témoignages de résistants de la seconde guerre ...

Après tout ça, cette apothéose de fin de soirée, il a fallut rentrer un peu sonnés à la résidence. Toutes les autres personnes présentes ont fait de même, donnant lieu à une immense fourmilière humaine, se dirigeant plus ou moins vers les mêmes directions (s'éloignant de manière radiale de l'esplanade, en gros). La foule était vraiment grande, et ça aussi, c'était impressionnant, de voir tous ces gens autour de soit, d'être dans le mouvement fluide de la foule et de réaliser qu'il y avait tout ce monde au même endroit. 

On a fini par revenir à proximité de la résidence. Avec la météo très clémente (il faisait vraiment bon à 23h, à Grenoble), les sensations qu'on venait de vivre, un groupe de nouveaux amis, l'Isère, la nuit, je me sentais vraiment en vacances, malgré la journée de cours et de travail qu'il allait falloir assumer le lendemain. C'était vraiment une excellente journée, un superbe moment, une des meilleures journées que j'ai passées à Grenoble durant mon séjour.

[Et pour les courageux qui ont lu jusqu'au bout, j'ai une vidéo du feu d'artifice :) Cliquez ici !]

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire