vendredi 25 juillet 2014

Me 09/07 : Quand on manque d'attention

La troisième journée de cours (et dernière de la semaine) nous a vus arriver presque en retard dans l'amphi. Problème de transports en commun : il pleut, alors les gens ne prennent plus le vélo mais la voiture ou le bus. Résultats : les bus pleins de s'arrêtent plus et, quand vous réussissez à monter dans l'un d'eux, le trajet prend des heures à cause du trafic et d'un embouteillage sur le pont juste devant notre résidence. Pas de chance. Nous sommes arrivés essoufflés, après un court jogging matinal, mais à l'heure.


Le premier cours de la journée concernait l'interaction des neutrons avec la matière. D'après mon cahier de cours, je peux vous dire que j'étais très attentive et très complète lors de ma prise de notes. Par contre, deux semaines après, je ne me souviens plus dans les détails de quoi il était question. Mais j'y ai appris plein de trucs, ça je m'en souviens ! En gros, les neutrons permettent de sonder la position des atomes dans une structure, mais également leurs moments magnétiques (comme je vous le disais dans l'article précédent). Le conférencier a commencé son cours avec l'historique de la découverte et de l'utilisation des neutrons, puis il a passé en revue les propriétés de cette particule, ce qui a débouché sur les interactions des neutrons avec la matière. Et, toujours, comme dans la plupart des cours, les comparaisons avec les rayons X. Ca permet de cibler les différences et les avantages des deux faisceaux, et de prêcher un peu pour sa chapelle.

Les isotopes donnent aussi des réponses différentes en neutron !
Ce que j'ai principalement retenu de ce cours : l'intensité de l'interaction du neutron avec les atomes ne suit pas une croissance définie comme les RX. En plus détaillé, la "force" de l'interaction des RX avec les atomes dépend du nombre atomique de ces derniers. Ainsi, plus l'atome est lourd et plus sa réponse aux RX sera grande. Ce n'est pas le cas pour les neutrons. Ca semble évoluer de manière aléatoire et (après question de Pentanal ici présente) on nous a expliqué qu'il n'était pas possible de prédire avec un modèle théorique quelle sera la réponse de chaque atome. La connaissance de "l'intensité" de l'interaction est donc empirique (c'est-à-dire extraite des résultats des expériences et pas calculées avec un crayon et un papier). Le calcul théorique de ces réponses individuelles demande de descendre au niveau subatomique et de prendre en compte toutes les petites interactions. Ce qui est très long.

La pause café, ayant lieu au milieu du cours, nous a permis de poser encore plus de questions au conférencier. Il faut vous imaginer le cercle d'étudiants autour du prof, écoutant attentivement les réponses. Parfois, quand un étudiant pose une question, d'autres se rapprochent pour écouter la réponse car cela les intéresse aussi, et s'ensuit alors une discussion à plusieurs. C'est très intéressant. Dans ce cas-ci, le prof a déclaré, face à toutes ces questions : "il va me falloir 3h alors :P".


Le cours a repris après la pause café.  Cependant, un truc dommage est à signaler, qui est bien illustré avec ce conférencier-ci, mais qui s'est également produit avec d'autres personnes. Les conférenciers prévoient des cours touffus et bien intéressants. Mais ils n'ont pas le temps de les terminer. Soit ils tracent sur la fin car ils sont pris par le temps, soit ils s'arrêtent simplement à un sous-chapitre. Personnellement, je serai très intéressée d'avoir un cours posé pour la fin de la matière aussi, même si je comprends que les gens souhaitent respecter les horaires (surtout après le retard du premier jour ... Je me demande d'ailleurs si une note n'est pas passée pour avertir les conférenciers suivants de faire attention à la montre). Mais bon, c'est vrai qu'il faut aussi du temps pour les questions des étudiants, puisque les organisateurs souhaitent qu'on soit actif... mais on manque de plus en plus d'inspiration.  Dans le cas de ce cours ci, toute la partie concernant les propriétés magnétiques et les interactions magnétiques des neutrons a été tronquée ou accélérée, et c'est dommage car c'est la partie la plus mystérieuse ...

Juste après la pause de midi (dans cette formidable cantine), les étudiants de l'ESRF (dont moi) ont dû suivre une formation de sécurité spécifique aux beamlines : ce sujet sera traité dans un autre article, comme pour les visites.

Le cours de l'après-midi concernait l'interaction des RX avec la matière, donc les principes sur lesquels s'appuie l'ESRF. J'aurais dû être attentive à ce cours, puisqu'il concerne directement l'endroit où je suis affectée, et aussi parce que je ne suis pas encore trop à l'aise avec ces notions. Malheureusement, la digestion a encore frappé et a considérablement réduit ma concentration. De plus, le conférencier avait un fort accent italien et, dans ma tête, ne cessaient de résonner des "pizzeria, mozzarella, spaghetti" ... 
Heureusement, à l'heure où je vous écrit, j'ai reçu les dias du cours et je vais pouvoir bosser ça correctement :) (surtout que je n'ai aucun souvenir pour certaines d'entre elles). Je me souviens juste qu'on a parlé de lunettes de cinéma 3D et de lunettes de soleil polarisées. 

C'est tout de même dommage de ne pas avoir profité de la plus value des deux heures de cours. C'est à cet événement-ci que je fais référence quand je vous dis de nombreuses fois que je n'ai pas été assez attentive aux cours de la première semaine. Vu que je vous écris ceci deux semaines après les faits, je peux vous assurer que j'ai été bien concentrée aux cours des semaines suivantes et que je ne me suis pas laissée avoir (facile : plus de cours l'après-midi,  donc la digestion, c'est réglé !).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire