lundi 14 juillet 2014

Lu 07/07 : Première journée de cours

Réveil pluvieux sur Grenoble pour la première journée de cours. Nous nous sommes retrouvés dans le hall d'entrée de la résidence pour rejoindre l'arrêt de bus. Chacun devait acheter son propre billet. Nous avons prévu d'aller acheter notre abonnement mensuel de tram/bus l'après-midi après les cours. Je ne me souviens plus exactement si nous étions arrivés en retard ou tout juste à l'heure, mais je suis certaine que certains sont arrivés pendant le mot de bienvenue. Ca n'a pas été bien vu. =S

Programme de la 1ère journée
Comme je le disais, nous avons d'abord eu droit à un nouveau mot d'accueil au début de la journée de cours. On nous a également vivement recommandé d'être actifs, de participer, de poser des questions durant les cours, parce qu'ils considèrent que ce n'est pas intéressant de donner les cours en aller simple. C'est très intéressant en théorie, mais plus compliqué en pratique : en fonction des différents conférenciers, les questions viennent difficilement. Soit parce que le cours est très clair et qu'il n'y a rien à ajouter, soit parce que c'est du déjà vu et tout est compris, ou encore parce que le cours est tellement nouveau par rapport à ce qu'on a déjà vu qu'on ne sait pas par quoi commencer tant il y a de questions.
Globalement, durant les trois premières journées de cours, je me suis quand même débrouillée pour participer avec quelques questions pertinentes quand j'en ciblais certaines. Parfois, le prof y répondait naturellement dans la suite de son cours et donc ça tombait à l'eau, parfois pas. Il y a aussi certains cours où je suis plutôt déçue de moi car je n'ai pas été très attentive. Je ressens ça comme un grand gâchis de ma part. J'espère pouvoir me rattraper sur la plus-value des cours avec les présentations powerpoint qui nous seront données par la suite. En tous les cas, j'aborderai mieux les cours suivants en étant plus concentrée et dans le mouvement ! 

Le conférencier traitant de la production des neutrons donnait un cours très agréable à suivre, bien que je ne m'en souvienne pas dans les moindres détails. C'est notamment à ce cours là que nous avons comparé les réacteurs nucléaires à vocation énergétique contre ceux à vocation scientifique, ce qui a débouché sur la métaphore avec la cocotte minute et le jacuzzi. Nous avons également appris l'intérêt indispensable des modérateurs dans les réacteurs nucléaires pour obtenir des réactions en chaine contrôlées et donc une réaction auto-entretenue. Ce cours a été suivi d'une pause café où, surprise, des pâtisseries et des boissons étaient offertes. Ce jour-là, il s'agissait de petits choux sucrés. Puis, nous sommes allés visiter le réacteur nucléaire, mais je traiterai de ce sujet dans un autre billet.

Après la visite du réacteur, nous sommes tous allés manger à la cafeteria. Chaque jour, six plats différents sont proposés : 3 plats "santé" qui sont servis à l'étage et 3 plats plus "classiques" servis au rez-de-chaussée. Chacun choisi son étage et on peut tous se retrouver ensuite pour manger ensemble. En plus des plats proposés (qui changent chaque jour), on peut également se servir de crudités (fruits et légumes), de salades fraîchement préparées ou de desserts. Il y a également la possibilité de boire un (petit) café ou un chocolat chaud dans une annexe du bâtiment à la fin du repas. Les plats sont globalement bons et intéressant. Ca reste une cantine malgré tout, mais la Rolls de la cantine.

L'après-midi était dédiée à des formations de sécurité et des formalités administratives. La première formation concernait le service informatique. Apparemment, au sein de l'ESRF, il n'est pas possible d'utiliser des Mac ou des dual boot. Dans quel monde suis-je tombée, au juste ? Mais bon, la dame présentant le service informatique ne connaissait pas les machines virtuelles, donc je me méfie concernant la véracité de l'information ...
Goodies ! :D

Les 9 étudiants affectés à l'ESRF (dont moi. Il y a 9 étudiants à l'ILL et 9 à l'ESRF) ont ensuite reçu une formation générale de sécurité, concernant les procédures en cas d'incendie ou d'autres pépins. Nous avons appris à cette occasion qu'il était strictement interdit de retirer des pièces du blindage des lignes de lumière ou de forer des trous dans les blindages en plomb des différentes cabines. Logique me direz-vous. Mais là, ça atteint des proportions énormes : il y a littéralement sur TOUS les panneaux de plomb (et par panneau, j'entends un pan de 2m sur 3m) une étiquette rappelant qu'il est interdit de forer des trous dans les parois. Ce qui fait qu'il y a une vingtaine d'étiquettes par cabine. C'est suspect cette histoire, ils ont dû avoir le problème un jour pour qu'ils insistent autant ... A la fin de cette formation de sécurité, nous avons reçu des goodies pour nos badges, qui nous assurent maintenant un avantage sur les physiciens de l'ILL : eux n'ont pas la petite bobine rétractable bien pratique :D

Après ces formations, est arrivé le fun des formalités administratives et des nombreux papiers à remplir. Bon, d'accord, il n'y en avait que 4, mais c'était franchement obscur. Nous, pauvres étudiants, ne sommes pas initiés aux arcanes sombres de l'administration française ! C'est à cette occasion qu'il a fallut se renseigner pour une histoire d'assurance complémentaire de santé, couverte par la mutuelle, pour laquelle il fallait une preuve d'affiliation à la-dite mutuelle. Breeef ... Ces formalités ont pris fin à un moment et nous avons pu nous rendre au dernier cours de la journée. Les autres étudiants (ceux de l'ILL), n'avaient que les formalités administratives à réaliser. Ils ont des formations différentes, n'ont pas les goodies, mais doivent faire une prise de sang avant de commencer leurs manip.

Une fois la journée de cours terminée, les aventures ne font que continuer ! Il a d'abord fallut prendre des photos pour l'abonnement de bus. C'était le début d'une quête épique pour obtenir l'abonnement. Tout d'abord, trouver un photomaton. Ce fut chose faite à la gare. Ensuite, trouver un mode de paiement. J'ai couru dans toute la gare pour trouver quelqu'un qui accepterait de changer mon billet de 20€, la machine ne rendant pas la monnaie, pendant que les autres prenaient leurs photos, pour m'apercevoir que je pouvais payer par carte bancaire. Puis prendre la photo. Bon, c'est un photomaton quoi. Ici, je n'ai pas l'air d'un bandit, mais plutôt de ne pas avoir dormi pendant 3 semaines. Mais l'histoire n'est pas finie, car il fallait encore trouver l'agence ! Le temps de tomber dessus (car il y avait un ancien point de vente près de la gare, mais il a déménagé, feinte !), on avait largement dépassé l'heure de fermeture. Nous avons donc planifié de nous rendre le lendemain à partir de 7h15 à l'agence (heure d'ouverture des guichets). Entre-temps, la pluie s'est à nouveau mêlée à la fête.

De retour à la résidence, les aventures ne sont pas encore terminées. Vous vous souvenez du frigo ? Je vous avait dit qu'on y reviendrait. En voulant préparer mon sandwiche le soir, je sors ma salade lavée que j'avais soigneusement conservée pour la mettre sur mon sandwiche. Mais elle avait vraiment une drôle de tête, elle semblait toute sèche. Grave erreur ! Elle était en fait ... gelée, mon frigo allant beaucoup trop fort. C'est ainsi que j'ai du faire mes adieux à la salade et à mon concombre. Quelle tristesse.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire